Don’t Starve

Don’t Starve est peut-être un titre honnête (non, vraiment, essayez de ne pas mourir de faim), mais rien ne peut vraiment vous préparer au stress perpétuel de la tentative de survie dans un monde qui veut désespérément vous permettre de mourir de faim. Il est nécessaire de garder un compteur d’estomac plein pour éviter les hallucinations et la folie, mais ce n’est qu’un des risques auxquels vous devez faire face sur les biomes de mort complète générés au hasard. Des araignées meurtrières, des pingouins et même des arbres furieux attendent votre innocent survivant.

Tout comme dans Game of Thrones, l’hiver arrive, donc même si votre journée d’été se passe bien et que vous avez réussi à faire un vrai feu qui n’est pas un cauchemar à garder allumé chaque nuit, la misère est au coin de la rue. Pourtant, malgré le stress constant, il y a quelque chose de beau dans ce cauchemar et un véritable sentiment d’accomplissement alors que les jours s’écoulent et que vous continuez à errer sans trop d’hallucinations. De plus, si c’est trop, vous pouvez toujours éteindre l’hiver.

emulateur switch pc

Minecraft

Ce n’est pas un hasard si le constructeur mondial de Mojang a vendu plus de 100 millions d’exemplaires sur PC, consoles et mobiles. Minecraft est un jeu aux possibilités littéralement infinies. Vous voulez vous construire une ferme, élever des poulets, et avoir une vie simple ? C’est ce que vous faites. Peut-être ne pas mienne la nuit. Mais vous voulez aller sur de vastes aventures et la quête pour tuer un énorme dragon ? C’est très bien aussi. Ou peut-être que vous voulez juste passer du temps avec des amis et vous construire votre propre monde pour vivre dans un monde qui ressemble à Poudlard ou à la Terre du Milieu.

Il n’y a rien de tel que d’atterrir dans un nouveau biome en mode créatif de Minecraft et d’être submergé par les possibilités qui s’offrent à vous. Comme les expériences Vita vont, la merveille bloquée fait pour une aventure parfaite à la main. Détendez-vous en mode créatif ou soyez stressé en mode survie alors que vous vous dépêchez de construire votre premier abri pour vous protéger contre les lianes. Mais assurez-vous d’être à proximité d’un chargeur.

The Walking Dead

Comme un bon livre, la première saison du jeu d’aventure The Walking Dead de Telltale Games est une histoire difficile à écrire. Il est passionnant. C’est déchirant. Il vous oblige à prendre certaines des décisions les plus difficiles que vous aurez jamais à prendre dans le jeu, et vous laisse remettre en question ces choix bien après que le cinquième et dernier chapitre soit passé au second plan. The Walking Dead : Season One est un récit interactif à son meilleur, et son rythme rapide et mesuré se sent à l’aise sur la PS Vita.

weedcraft

L’odyssée de Lee et Clémentine est conçue pour être rejouée plusieurs fois afin que vous puissiez prendre des décisions différentes, sauver différents alliés ou jeter de nouveaux amis dans la horde. C’est toujours l’aspect principal de cette version, mais il y a quelque chose de spécial dans la façon dont le style de bande dessinée en cell-shading de Telltale apparaît sur l’écran de la Vita, et dans la façon dont il vous permet de vous débarrasser de vos dilemmes moraux grâce aux commandes optionnelles de l’écran tactile. Même ceux qui ont joué la version originale trouveront quelque chose de séduisant dans cette adaptation du PS Vita.

Lumines : Symphonie électronique

Lumines a connu plusieurs itérations au cours des années qui ont suivi son lancement sur PSP, presque jusqu’à la fatigue, mais le charme de sa mécanique de base est toujours présent. Avec Lumines : Electronic Symphony, la série s’est développée de manière à ce que les entrées précédentes ressemblent à de simples spin-offs plutôt qu’à de véritables suites.

Elle s’est réinventée pour un nouveau support et met en valeur le portable de Sony tout aussi merveilleusement que son prédécesseur l’avait fait en 2005. Des visuels magnifiques à l’intégration stellaire avec le réseau PlayStation, Lumines : Electronic Symphony est tout ce que nous attendions d’une suite de Lumines et plus encore.

Wipeout 2048

Depuis l’époque de la PlayStation originale, Wipeout est le jeu qui se fait quand Sony veut se montrer. Cette ambition n’a jamais été aussi évidente que dans Wipeout 2048, un jeu de lancement clairement destiné à mettre en valeur la nouvelle Vita sous son meilleur jour. Mais ce n’est en aucun cas un affront.

Version modifiée de l’excellent Wipeout HD, ce jeu reste le meilleur jeu de course futuriste du 21e siècle, avec des dizaines de courses, une excellente musique et une ambiance délectable pour ses voitures volantes.

Non répertorié : Golden Abyss

Non répertorié : Golden Abyss est tout ce qu’il promettait d’être : un Uncharted portable. Il ne s’agit pas d’une version mobile réduite, pressée à la hâte sur Vita. Le développement, alors qu’il provenait des studios Bend de Sony, a été supervisé par Naughty Dog et c’est toujours Nolan North et Richard McGonagle qui s’occupent de la voix off pour Drake et Sully.

Les visuels sont magnifiques, l’action variée et il arrive même à faire en sorte que les commandes tactiles ne soient pas trop pénibles. Le seul point délicat est qu’il montre à quel point les jeux peuvent être bons sur Vita, et ils n’ont jamais plus atteint ce niveau.

Lost Dimension

Lost Dimension est, à bien des égards, un RPG tactique standard, dans lequel vous formez un groupe qui combat les ennemis tour par tour sur une grille. Les différents compagnons possèdent des compétences différentes comme les attaques élémentaires ou l’hypermobilité, et la proximité des ennemis influe sur l’ampleur des dégâts que vous infligez et bla, bla, bla. Mais voici la partie la plus intéressante : à chaque niveau, un de vos compagnons vous a trahi et vous devez trouver qui c’est pour pouvoir l’éliminer.

En prenant différents mélanges de personnages dans les combats, vous pouvez réduire le nombre de suspects, ce qui vous oblige à être flexible dans votre style de jeu. Vous perdez également l’accès au traître une fois qu’il a été découvert, ce qui réduit vos options de jeu niveau par niveau. C’est un moyen très astucieux de briser le moule typique des RPG tactiques où vous trouvez les personnages qui vous servent le mieux et qui restent avec eux quoi qu’il arrive. En apprenant la vérité sur la raison pour laquelle vous êtes tous ensemble dans une tour au départ, vous aurez hâte de terminer la deuxième fois pour obtenir la vraie fin.

Rogue Legacy

On ne penserait pas que la combinaison de Metroidvania avec Rogue Legacy puisse fonctionner. Comment peut-on progresser si l’on meurt tout le temps ? Ravi que vous posiez la question. La clé est dans le mot “héritage”. Lorsque votre brave aventurier de château finit par mordre la poussière dans le monde généré par la procédure (soupir), vous jouez le rôle du prochain héritier de la lignée. Vous aurez tout ce que le héros précédent a gagné à dépenser en une seule fois et vous pourrez choisir qui poursuivra l’entreprise familiale d’aventure dans des donjons pleins de squelettes.

C’est là que le vrai plaisir se trouve. Bien que vos progénitures soient réparties en différentes classes, elles possèdent de nombreux traits intéressants. Vous n’avez aucune sensation dans les pieds ? Parfait pour courir sur des piques. Le nanisme ? Parfait pour pénétrer dans de petites zones. Mais ce n’est pas que de la douceur et de la légèreté. La faiblesse musculaire vous empêchera de repousser vos ennemis et la vision en tunnel vous permettra de ne pas voir les projectiles avant qu’il ne soit presque trop tard. Ah, les joies de la génétique des jeux vidéo.

Spelunky

L’aventure de Derek Yu n’est pas faite pour les personnes facilement frustrées, mais ceux qui font la paix avec Permadeath et ont la patience de continuer à essayer trouveront beaucoup à aimer (et à maudire) dans ce hit indie. Mettant en vedette un personnage connu uniquement sous le nom de Spelunker, le jeu vous envoie sous terre pour une mission de chasse au trésor remplie de bêtes, d’énigmes environnementales et, à l’occasion, d’une demoiselle en détresse.

Pour survivre, il faut repartir de zéro, mais les niveaux de Spelunky générés de façon aléatoire garantissent que chaque tentative est nouvelle. Vous mourrez, et vous mourrez souvent, mais la promesse de nouveaux environnements et d’objets qui changent le jeu vous fera prendre la poussière et croire que cette fois… oui, cette fois… c’est celle où vous arriverez au bout (spoiler : vous n’y arriverez pas). Sans cesse stimulant mais toujours addictif, Spelunky propose une aventure d’élite qui ne se démode jamais.